Quel diplôme faut-il pour créer une crèche ?

L’accès à la crèche dans certaines parties de la France est parfois difficile pour certains parents. La simple raison de phénomène est qu’il n’en existe pas beaucoup sur le territoire. À cet effet, l’administration du pays permet aux citoyens à la recherche d’emploi de se lancer dans la création de ces établissements.

Cependant, la loi exige la possession de certains diplômes et de compétences avant de se lancer dans ce projet. Si vous envisagez de créer une crèche, voici les informations utiles à avoir.

Les compétences requises pour créer une crèche

La crèche est un foyer qui accueille les nourrissons et les bébés. Elle s’occupe des enfants en bas âge en journée pendant que leurs parents mènent leurs activités professionnelles. Ce type de garde est de plus en plus recherché par les nouveaux parents qui ont hâte de reprendre leur travail. Cependant, en France (Île-de-France) la majorité des parents a difficilement accès à une place en creche digne de confiance. Pour participer à la croissance de ces établissements et combler ce besoin relativement élevé, vous devez respecter certaines conditions.

Pour créer une crèche, il faut un certain nombre d’aptitudes. Le directeur de l’organisation doit être diplômé d’État en infirmerie puériculture (BAC+3). Il doit avoir exercé cette fonction au moins pendant trois ans. Ensuite, il doit être éducateur, diplômé d’État pour les jeunes enfants avec une expérience professionnelle justifiée.

Dans le cas où vous ne posséderiez pas ces différentes qualifications, nommez une personne dotée de celles-ci. Au moment où elle effectuera la gestion de la structure, vous pourriez vous focaliser sur un autre aspect. Par exemple, centralisez vos efforts sur la comptabilité, les finances et la gestion administrative de la firme en qualité de fondateur.

Entourez-vous d’un petit groupe de professionnels de l’enfance notamment les éducateurs et assistantes maternelles. Le personnel pluridisciplinaire est à privilégier.

Pour les enfants qui marchent, la proportion légale est fixée à un adulte pour huit enfants. Quant aux tout-petits qui sont plus jeunes, un adulte pour cinq enfants suffira.

Les conditions pour créer une micro-crèche

Les micros crèche sont des structures de garderie qui reçoivent un nombre plutôt limité de nouveau-nés. Pour la création d’un établissement de ce genre, vous n’avez pas besoin d’un diplôme particulier. Pour une petite garderie, recruter un référent technique est très important. Il aura pour fonction, le suivi technique de l’organisation. Le nombre d’enfants maximum à accueillir est de dix.

Si le référant n’est pas spécialisé dans le domaine de la petite enfance, ce dernier doit se faire guider régulièrement. Le guide qui se chargera de lui prodiguer des conseils sera titulaire d’un diplôme d’État en puériculture.

L’ouverture de votre établissement doit obtenir un agrément préfectoral que ce soit pour une crèche classique ou un micro crèche. L’autorisation est accordée par le préfet du département. Faites une déclaration pour bénéficier d’un taux plus bas en TVA. Le local choisi et les professionnels à recruter ont l’obligation de remplir certaines conditions précises pour l’obtention de l’agrément.

Pour une maitrise optimale et un confort adéquat des tout-petits, les conditions concernant l’espace, l’hygiène et les règles de sécurité sont à respecter scrupuleusement. Ce sont des spécialistes de la protection maternelle et infantile qui vérifient ces formalités.

Les crèches A Vocation d’Insertion Professionnelle (AVIP)

Les garderies AVIP ont pour mission de prendre soin des bébés de 0 à 3 ans et d’aider les parents à décrocher un emploi. Elles interviennent essentiellement pour aider les foyers monoparentaux. Selon le Conseil de l’emploi, des revenus et de la cohésion sociale (Cerc), 3 % des enfants issus de ces familles sont en crèche. La procédure inclut :

  • La mise en relation de la famille avec les détenteurs de l’emploi ;
  • L’aide personnalisée
  • L’intégration du parent sur une longue période au marché du travail.

En étroite collaboration avec la structure étatique, les pouponnières comblent les besoins de nombreux parents. Le contrat pour y adhérer stipule que les enfants doivent bénéficier d’une garde pendant un minimum de trois jours par semaine. Le pôle emploi ainsi que la mission locale accompagnent ardemment la démarche d’emploi du contractant.

Le contrat prend fin après six mois et est renouvelable suite à un bilan. Pour concilier les attentes du parent aux besoins de l’enfant, des formations et prestations d’entreprises sont organisées. Dès lors que le bénéficiaire a une formation ou un poste, son descendant garde sa place en creche jusqu’en maternelle. Le temps maximum couvert par le contrat est de 12 mois.

L’accord est rompu si le bénéficiaire ne respecte pas les clauses. À la fin de la durée d’accompagnement, il peut arriver que le parent reste un sans-emploi. La place en crèche de son petit sera alors réduite à un jour par semaine. Le Président de la République a lancé, le 13 septembre 2018, le déploiement d’environ 300 crèches AVIP. Il est possible d’y acquérir de l’expérience avant d’ouvrir la vôtre.

Pour ouvrir une crèche, un diplôme en particulier n’est pas obligatoirement requis. Le directeur de la garderie est capable de recruter un diplômé d’État en puériculture afin d’assurer la bonne gouvernance du lieu.

Des professionnelles de la santé et du bien-être de la petite enfance doivent être employés dans la crèche. Qu’il s’agisse d’une crèche classique, d’une micro-crèche ou de la crèche VIP (AVIP), le directeur doit avoir à ses côtés une équipe de qualité.